https://www.google.com/analytics/web/#report/visitors-overview/a64445863w100415224p104305700/

Tranche de vie - Page 4

  • Le syndrome de la page blanche

    Afficher l'image d'origine

    (2011-10) Le blogueur n'y échappe pas, L'angoisse de la page blanche est aussi désignée par le terme mal connu de leucosélophobie.

    Le blocage de l'écrivain peut aussi s'appliquer à d'autres artistes, tels les compositeurs ou les peintres qui peuvent rencontrer ces mêmes problèmes dans leurs arts respectifs. Je le sais d'autant plus que je cumule la peinture et la rédaction. Deux disciplines très valorisantes où il est apaisant de s'asseoir, contempler son oeuvre et jouir du moment présent car il est d'usage de ne pas conserver les malfaçons et immédiatement les détruites ou les corriger. Donc jamais rien de mal fait. Le séant étant bien calé dans un support confortable et l'esprit vagabondant sans entraves.

    Chaque jour comporte son lot d'événement qui intéresse l'actualité locale. Bien sûr il existe des périodes de vaches maigres qui sont meublées par des anecdotes historiques du passé relatif, des reportages photographiques, des interviews.

    Mais cette période là, dans le village patatra, calme plat, une chape de plomb s'abat paralysante, c'est la mer d'huile. Même les oiseaux se taisent. Cependant il y a toujours moyen de s'en sortir avec de l'imagination. Actionnons les rouages cervicaux et secouons nous les méninges.  La vie provinciale, d'arrondissement, peuvent avoir une influence sur le train-train du village et nous inspirer et est donc publiable. Un scoop national peut amener une réflexion subjective centrée sur notre point d'observation inhérent à notre culture et notre localisation, au terroir, à notre sensibilité. Une réserve de notes peut se conserver et être ensilée en vue de parer à la disette. Les blogs voisins peuvent être mis à l'honneur ou copiés à condition d'être référencés à notre canard. C'est un échange de bons procédés au profit réciproque et identitaire du groupe ou catégorie de presse. Il n'y a pas de murs limitrophes protectionnels ni de bornage systématique ni de bureau d'octroi taxant les échanges. Le lecteur raffole d'histoires vécues et le gestionnaire peut puiser dans ses souvenirs d'autant plus que s'il a de l'humour, il fidélisera l'internaute. Quant à moi je préfère l'humour anecdotique bien dosé voire l'autodérision au remplissage euphorique à large spectre. Contrairement à certaines opinions, l'autodérision n'affaiblit pas mais vous grandit. Une expression populaire de chez nous souvent émise en wallon pour la saveur de l'accent "rie de toi, tu es plus près", tournure d'esprit paysanne mais de racine philosophique authentique.

    L'Histoire peut avoir déposé des alluvions dans notre vallée et il est dès lors important de considérer qu'en substance le terrain et l'humain ont la même nature. Etendus et ouverts comme les labours, ailleurs l'habitant est renfermés et sombres comme ses forêts,en ville individualistes et variés comme les constructions citadines, par endroits mélancoliques comme les rivières, infesté de dolmens il est dur comme le roc, rurbains et multiculturel comme à Neupré.

    Je dois vous avouer que ce vide productif ne m'est arrivé qu'une seule fois malgré les 11.200 billets composés actuellement en 5 ans et que les embûches personnelles accumulées m'avaient exceptionnellement vidé de ma substance. Il est préférable de ne rien insérer que de roter intellectuellement ou de pratiquer l'autosatisfaction mentale indécente ainsi que de se vautrer dans le commun, l'ordinaire de même que de se complaire dans les latrines de l'esprit où sont évacués les déchets vérolés de filtrage intellectuels malodorants. 

    Allons, acceptons un compromis, 80 % d'écrits à essence purement territoriale et  20 % de réflexions comportant un intérêt égocentrique. Ce qui ne signifie pas que la seconde catégorie puisse être qualifiée de bouche-trou de second choix ou serait inintéressante. Au contraire elle demande plus de culture, plus de talent, plus de maîtrise, plus de maturité, plus d'imagination et son utilité salvatrice est indéniable. Rt si vous saviez le moment créatif de bonheur que je viens de passer en laissant mon empreinte, ma tournure d'esprit, ma manière de penser. De temps en temps un gros mot bien sonnant et recherché dans un texte élaboré (ça fait du bien). Je n'ai même pas pris un rafraîchissement, j'ai été absorbé J'ai délaissé une autre activité pour ce faire, je vais être fortement en retard à un rendez vous, mais peu me chaut. Je vais essayer sans vergogne de trouver une excuse crédible pourtant auprès d'un ami de longue date qui ne mérite pas ça et qui aura fait un effort pour m'accueillir. C'est ma drogue et je suis addict.

    N'étant pas d'un naturel égoïste, je vous invite au clavier, je vous laisserai développer votre expression écrite, vos réflexions dans ces colonnes si vous le désirez et vous verrez à l'usage que nous nous découvrirons des affinités créatrices une tournure d'esprit commune qui nous aiderons peut-être à définir la culture propre à Neupré. Culture à racine multiple mais quasi uniforme, un esprits de clocher (il y en a plusieurs) et une certaine tolérance pluraliste. Une émulation de quartier et un sentiment d'appartenance à l'entité. J'y ai constaté beaucoup d'humour, un humour bien dosé qui crée l'amitié immédiate,beaucoup de talent littéraire. Une hospitalité condruzienne. Une bienveillance innée. Envoyez-moi vos compositions par courriel adressé à jeanhakin@gmail.be. Si vous désirez un avis préalable à l'édition ou à contrario si vous me mandatez pour une correction unilatérale, la chose est possible. Faites vous plaisir. L'argot et les expressions populaires ne sont pas proscrits. C'est une forme d'expression identitaire. Ce passe temps comme à moi ne vous apportera pas un rond dans votre escarcelle mais quel épanouissement, quel affûtage de l'esprit! Je voudrais encore en profiter pour remercier les concitoyens qui m'encouragent oralement ou par écrit voire qui participent à l'élaboration de ce site, les photographes occasionnels qui figent les bons moments de la vie communautaire et qui laisseront un souvenir aux générations suivantes en mal de recherches sur leur passé, notre présent.

     

  • Les bienfaits de l'humour

    MARRANT dans HUMOUR humour4

    Morosité, tracasseries du quotidien… Et si au lieu de tout dramatiser, vous décidiez d'en rire ? L'humour permet de déstresser, de détendre l'atmosphère et même de créer des liens ! Comment ajouter une pincée de bonne humeur à votre quotidien ? Quelles sont les vertus de cette gymnastique des zygomatiques ? Personnellement je préfère les plaisanteries les plus courtes qui sonnent juste.

    Dans vos relations aussi vous pouvez exercer votre sens de l'humour. Pour dissiper un malentendu, que ce soit au travail ou dans la vie privée, il vaut toujours mieux de dédramatiser. Mais attention ! Ne plaisantez pas sur les malheurs d'autrui : vous ne feriez rire que vous ! Autre difficulté : à force de vous moquer de tout, vous finiriez par donner l'impression que rien ne compte vraiment pour vous et que vous ne prenez pas grand chose au sérieux ! Le sens de l'humour doit donner de la légèreté à la vie, pas de la superficialité. Riez mais, pour autant, ne dissimulez pas votre sensibilité !

    Il faut aussi savoir que pour un humoriste ne pas être compris est pénible, générateur de souffrance et que le manque de compréhension peut engendrer l'agressivité. En effet, alors que vos intentions sont pures, votre interlocuteur pourrait craindre d'être victime de moqueries d'où la nécessité de trouver le ton juste et adapté. Il n'est pas inutile de rappeler "je plaisante".Pratiquer l'autodérision passe souvent aisément. Faites participer votre entourage à une culture déstressante, cela améliorera les relations de travail ainsi que la qualité des prestations. Ne manquez de respect que lorsque le jeu est accepté bilatéralement. Le style "pince-sans-rire" est un plus et il vous est déconseillé de rire le premier car les imperfections de tonalité se remarquent. En outre l'auditoire déteste se sentir obligé de s'esclaffer sur commande. Tout au plus un sourire souligne votre bonne humeur.

    J'ai connu un lieu de travail où il était agréable de se placer dans le couloir. Un bruit de mouette surgissait d'un local et aussitôt une sirène de bateau retentissait à l'autre bout, imitations parfaites. La moyenne d'âge des auteurs pouvait atteindre 40 à 50 ans. De vraies gamineries bienfaisantes. Personne ne se formalisait quand on vous affirmait "que tu es bête". C'était un compliment de connaisseur. A l'usage l'émulation aiguise les esprits et les situations les plus cocasses sont imaginées. J'oserais dire que c'est une activité hautement intellectuelle. C'est comme dans le sport, l'entrainement est nécessaire. Il ne faut pas s'étonner de la sincérité enjouée du collègue qui vous dit "à demain" en vous quittant. Ce n'est pas anodin.

    A une période pénible de ma vie, alors que j'étais en situation dépressive, un collègue et ami s'est ingénié à me faire rire tous les jours. Il y a fort bien réussi et cela a été plus efficace que n'importe quelle thérapie. Quand j'y pense maintenant j'ai toujours la larme à l'oeil de plaisir. Je lui garde une reconnaissance éternelle. L'humour bien utilisé crée des liens indéfectibles. Certains "se feraient couper une main" pour vous (pas deux). Contrairement à ce que pourraient dire d'autres, ce n'est pas un manque de sérieux professionnel et la verve harmonieuse ne peut être que bénéfique. La grossièreté peut parfois amuser si elle est acceptée de tous par son incongruité, essence même du rire, à condition d'être le fruit d'une certaine recherche. A contrario toute pression est néfaste.

    Dans la vie courante, il est toujours agréable de rencontrer quelqu'un de la même affinité et "la glace est vite brisée". Les grands orateurs n'ignorent pas l'utilité de ce phénomène. Quand certains sont conscients des épreuves traversées dans ma vie, ils restent étonnés de m'entendre dire "cependant la vie est belle". Lorsque l'adversité vous atteint et obscurcit vos pensées il vous reste des facultés où vous pouvez cartonner voire atteindre l'excellence à même titre que l'infirme affinant ses sens restés intacts. Cet esprit gavroche personne ne pourra vous l'enlever. Votre intellect sera bonifié car l'humour aiguise l'esprit. Un de mes amis ancien enseignant en est à son troisième livre maniant à merveille l'ironie. C'est toujours un plaisir de l'écouter, il ne parle jamais avec éclat et cela oblige à tendre l'oreille pour voir s'il ne dira pas un bon mot. Nous nous comprenons vite. Là j'arrête, car je deviens trop sérieux.

  • Témoignage de satisfaction

    Afficher l'image d'origine

    Le site des Vaillants Seraing est toujours visité par de nombreux internautes du blog Neupré.

     

    Un grand merci pour la collaboration.

     

    Bien à vous.

    Jean-Pierre Englebert.

  • Tranche de vie: les Roméo contemporains

    Afficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origine a t'il toujours des Roméo ? Bien sûr mais les constructions récentes comportent de moins en moins de balcons si ce n'est des terrasses. Si l'amoureux transi joue du crincrin ou pratique le Bel Canto   à rue après 22.00 heures et avant 06.00 heures, gare à  lui si un service de police passe ou si un voisin n'apprécie pas. De plus serait fortiche, celui qui lancera une rose au 7ème étage. La technique peut venir à son secours s'il a une adresse facebook.

    Il suffit de se rendre sur Youtube et de copier l'URL du morceau choisi puis d'effectuer un collé en message privé. L'avantage, c'est qu'il n'est plus besoin de chanter juste. Plus de nécessité non plus de se laver ni de mettre des vêtements propres ni de comprendre une langue étrangère. On le fait pour vous. Eh oui on n'arrête pas le progrès!

    Mon morceau préféré? La musique du film "Sale, bête et méchant".

  • Tranche de vie

    IMG_4027 - Copie.JPG

    En 4 ans nous avons déjà rédigé 20950 articles sur ce blog et nous fêterons bientôt le 11.000 ème. D'après notre responsable c'est le record absolu.Le blog Neupré-Sudpresse est né le 15 août 2O11.