https://www.google.com/analytics/web/#report/visitors-overview/a64445863w100415224p104305700/

Université de Houte-si-plou

  • Univ' Houte-si-Plou

    Conférences de l'Université de Houte-Si-Plou

    www.houtesiplou.be/

    Vendredi 30 mars 2012 à 20 heures

    Controverses sur le réchauffement climatique !

      

    Il y a une vingtaine d’année, de nombreux scientifiques s’interrogeaient sur l’existence ou non d’un « réchauffement climatique » avéré. Les observations et mesures effectuées ces dernières années ont levé le doute sur cette question : augmentation des températures moyennes enregistrées par les stations météorologiques, diminution de l’étendue et de l’épaisseur de la banquise arctique, recul des glaciers, augmentation significative du niveau de la mer… autant d’indices qui sont venus confirmer la réalité du réchauffement climatique. Scientifiques, politiques et citoyens sont globalement conscients de la nécessité de prendre des mesures pour limiter le réchauffement de la planète.

    Plusieurs études et contre-études ont été consacrées à l'existence d'un consensus sur l’origine du réchauffement climatique au sein de la communauté scientifique.

    La dernière étude de ce genre porte sur les réponses de 3 146 scientifiques. Elle conclut à l'existence d'un large consensus : 82% sont en accord avec l'hypothèse d'une forte influence de l'activité humaine.

    Ainsi, les médias nous expliquent que le climat de la planète va changer pour la première fois, et que nous en serions les seuls responsables. Or le climat de la planète, commandé par des facteurs naturels d’ordre géologique, n’ont jamais été stables. Les propos scientifiques, politiques et médiatiques ont-ils un objectif de «culpabilisation» des masses et des citoyens lambda ?

     A l’heure où il n’y a de place que pour la pensée unique des réchauffistes, l’Université de Houte-Si-Plou propose une conférence  « politiquement incorrecte » avec deux scientifiques aux idées opposées 

    avec

     Etienne Juvigné, Professeur honoraire de géologie du Quaternaire à l'Université de Liège

                                Joseph Smitz, Directeur du Centre Environnement de HEC - Université de Liège



  • Forces vives-forces tranquilles

    Aujourd'hui à l'honneur:

    L'a.s.b.l. UNIVERSITE DE HOUTE-SI-PLOU pour son rayonnement tant à l'intérieur qu'a l'extérieur de la commune.

    Charte de l'Université de Houte-Si-Plou

    L'Université de Houte-Si-Plou se veut un espace de réflexion démocratique

    Son action s'inscrit dans la recherche d'une démocratie participative la plus large possible. Elle va à la rencontre des exclus, des privés d'avoir donc des interdits d'être. La démocratie commence ainsi par le respect de la différence et par l'écoute des minorités.

    L'Université de Houte-Si-Plou revendique une démarche citoyenne

    Elle pose des questions fondamentales qui exigent des réponses génératrices de plus de démocratie. Elle s'efforce de développer un réflexe citoyen devant tous les événements qui traversent notre société afin d'associer chacune et chacun, de manière diversifiée, à la vie politique. Une telle démarche refuse l'indifférence ou le fatalisme de la résignation.

    L'Université de Houte-Si-Plou s'affirme frondeuse

    Elle va à la rencontre des idées les plus neuves et les plus porteuses d'espérance. Elle conteste les injustices des institutions et de l'autorité retrouvant alors la pertinence de l'impertinence. Elle implique une remise en question permanente de valeurs traditionnelles qui s'avèrent ne plus résister au temps de l'expérience.

    L'Université de Houte-Si-Plou combat pour la libre opinion de tous

    Ses réunions sont fondées sur la libre expression de toutes les convictions sincères et désintéressées. Celles-ci sont analysées sans arrière-pensée. La finalité de son projet s'exprime dans une volonté commune d'apporter une pierre mieux taillée à la construction d'une société plus juste.

    peint 011.jpg

    La dernière conférence

    peint 003.jpg

    Pour agrandir cliquez sur les photos.

    Par des conférences, par des débats, par des publications, l'Université de Houte-Si-Plou s'attache à la défense de la démocratie. Tout cela suppose la confrontation de toutes les idées, de toutes les croyances. La démocratie participative est possible. L'homme citoyen, celui qui prend part à nos activités, connaît le prix de la liberté et sait ce qui résulte de la recherche constante d'un équilibre entre l'égoïsme et le désintéressement. Pour la conserver, il faut l'aimer à un moment où chez nous l'individualisme et le repli sur soi sont des tentations de plus en plus fortes...

    Université de Houte-Si-Plou ASBL

    e-mail: president@houtesiplou.be
    secrétariat: +32 4 372 02 12

  • Université de Hoûte-si-plou

                               

    Invitation à la deuxième conférence de l'année   académique 2011-2012

    Vendredi 25 novembre 2011 à 20 heures

    Maison-Eglise, rue du Ry Chera à NEUPRE

    «Je t'aime...moi non plus. Les Wallons, les Flamands, les Bruxelles peuvent-ils (encore) vivre ensemble ? »

    Conférence-débat avec

    • Roland DUCHATELET, Homme politique flamand (VLD)
    • Olivier MAINGAIN, Président du FDF
    • Jean-Pierre ROUSSEAU, Directeur de l'orchestre philharmonique de Liège

    Dany CUYPERS présentera les conférenciers

    Benoît HONS animera le débat


    Vous pouvez poser vos questions:

    • par courrier électronique (secretaire@houtesiplou.be)
    • par écrit au secrétariat (22, Chaussée de Marche, 4121 Neupré, Belgique)
    • oralement le jour de la conférence

    Demandez également votre carte d'étudiant libre, si vous ne l'avez pas encore, afin de recevoir de manière régulière (par voie postale) les informations concernant nos futures conférences et activités.

  • La Légende de Hoûte-si-Plou

    La légende du meunier

    L'Université de Hoûte-Si-Plou, un endroit légendaire

    C'est en 1559 que le moulin de « Hoûte-s'i-Ploût » est édifié dans un vallon situé sur le territoire de la seigneurie d'Esneux, aux confins de la Principauté de Liège et du Duché de Limbourg. L'appellation pittoresque donnée à cet établissement et au petit hameau qui lui est proche apparaît au début du XVIIe siècle: l'expression imagée, que l'on retrouve dans la toponymie française sous la forme « Ecoute s'il pleut », désigne un moulin alimenté par des eaux dont le débit intermittent dépend essentiellement des conditions météorologiques. Une tradition locale rapporte d'ailleurs que le meunier veillait souvent très tard dans l'attente d'une pluie bienveillante. Lorsque, fatigué, il se décidait à se coucher, il ne manquait pas de demander à son fils ou à sa femme de veiller à leur tour: « hoût s'i ploût », leur disait-il. La fantaisie populaire y a substitué une formule dérivée « hout s'i ploût », c'est-à-dire « à l'abri s'il pleut ». La vogue de ce lieu-dit est très ancienne comme en témoigne l'opéra « Li fièsse di Hoût si Ploût » écrit en 1757 par Hamal et Vivario et joué pour la première fois le 8 décembre 1757 dans les salons de l'Hôtel de Ville de Liège.

    Un certain Martin, meunier installé à Esneux, fut le premier propriétaire du « Moulin d'Hoût-s'i-Ploût »: il devait au comte d'Esneux, Guillaume II d'Argenteau, un demi-setier de « mouture » (farine) par semaine, auquel s'ajoutait un écu d'or par an. Pour l'usage du moulin du Ry d'Oneux que Martin possédait par ailleurs sur un petit affluent de l'Ourthe situé en amont d'Esneux, le meunier devait deux setiers d'avoine et de quoi nourrir un des chiens de chasse du comte. En 1559, année de la construction du moulin, nos régions n'en étaient plus à l'époque où les châtelains et les garnisons de guerriers campées dans leurs repaires pillaient sans vergogne le peuple désarmé « en vivant sur le pays, le saignant , forçant les paysans, libres ou non, à produire toujours davantage... » (G. Duby).

    On n'en était plus non plus au temps où les Princes-Evêques de Liège s'efforçaient de réprimer les actes de brigandage de Gilbert de Duras, premier seigneur connu d'Esneux (fin du XIe - début du XIIe siècle).

    Mais les seigneurs laïques et ecclésiastiques s'accrochaient toujours à leurs privilèges fonciers et juridiques: cours de justice scabinales et féodales, amendes, droits de pêche et de chasse, droit d'alluvions, dîmes, droits sur les cours d'eau, corvées et banalités (moulin, brasserie, four) souvent remplacés à l'époque moderne par des redevances . . .

    L'avènement des régimes politiques sociaux contemporains mettra un terme à certaines de ces disparités et contribuera à soulager la condition souvent précaire des habitants de nos régions sous l'Ancien Régime.

    Alain-Gérard Krupa

    (Extrait de la Gazette de Houte-si-plou)