dimanche, 20 juillet 2014

Neupréens attention aux contrôles radars mobiles sur autoroute le 21 juillet

Ce sera un peu toutes directions

vitesse
AMPM E40/A03 E40 Waremme - Loncin
 
vitesse
AMPM E25/A26 E25 Chênée - Sprimont
 
vitesse
AMPM E40/A03 E40 Waremme - Loncin
 
vitesse
AMPM E25/A26 E25 Chênée - Sprimont

jeudi, 03 juillet 2014

Qu’est-ce qu’un « hoax » ?

Avec l’augmentation du nombre d’internautes possédant au moins une adresse e-mail, certains petits malins ont inventé une nouvelle forme de contamination par voie électronique : le « hoax ».

« Hoax » est un nom anglais qui signifie « canular ». Un « hoax » est donc une information fausse, périmée ou invérifiable, propagée spontanément par les internautes.

Petite leçon d’orthographe : comme le mot « hoax » est entré dans le langage courant en français, son pluriel ne s’écrit pas « hoaxes » comme en anglais mais reste invariable à cause de sa terminaison en « x ».  Donc, on écrira aussi bien un « hoax » que des « hoax ». Notez que l’Académie Française ne s’est pas encore penchée sur la question.

Les « hoax » peuvent prendre les formes les plus variées et concerner tous les sujets susceptibles de déclencher une émotion positive ou négative chez l’utilisateur, à savoir : fausses alertes de virus, fausses promesses, faux gains quelconques, fausses chaînes de solidarité, etc.

Qui de nous n’a jamais reçu ce type d’e-mail d’un ami, d’un parent ou d’un collègue ?

Le principe est simplissime : le créateur d’un « hoax » l’envoie à quelques personnes. Ces personnes vont le transmettre à leur tour à leurs contacts et ainsi de suite. Par exemple, si une personne crée un « hoax » et l’envoie à dix autres et que ces dix autres l’envoient aussi à dix autres personnes, en deux étapes, on a déjà contaminé 110 personnes !

Vous voyez d’ici la charge que cela peut entraîner dans le réseau Internet et ce, inutilement.

De plus, ce genre de message a la vie dure et peut revenir après avoir fait plusieurs fois le tour du monde, parfois des années plus tard.

jeudi, 26 juin 2014

Police locale de Seraing-Neupré

 

Police locale de Seraing-Neupré

Brocante ce samedi 28 juin 2014, rue de la Corniche de 08h à 17h.

La circulation et les stationnements seront interdits rue de la Corniche dans son tronçon compris entre le carrefour formé avec l’avenue Wuidar et le carrefour avec la rue de la Rose de 07h à 18h.
Le carrefour Wuidar-Corniche sera toujours laissé libre à la circulation.

lundi, 23 juin 2014

La police judiciaire fédérale de Liège découvre 8 plantations de cannabis

Police fédérale

 

11/06/2014

LA POLICE JUDICIAIRE FÉDÉRALE DE LIÈGE DÉCOUVRE 8 PLANTATIONS DE CANNABIS 

Collaboration fructueuse avec la Gendarmerie française

LIèGE, 11/06/2014. – Dans le cadre d’une enquête commune mise en place avec le service de recherche de la gendarmerie française de Boulogne-Sur-Mer, la police judiciaire fédérale (PJF) de Liège  a mené hier, le 10 juin 2014 dès l’aube, 22 perquisitions en Belgique qui ont permis la découverte de 8 plantations de cannabis et l’interpellation de 15 personnes.  

Les membres du réseau visé étaient aussi bien actifs dans la fabrication de stupéfiants que dans l’importation/exportation de cannabis entre les Pays-Bas, la France, le Luxembourg et la Belgique. Ils assuraient également une distribution régulière de drogues au niveau local, principalement sur Liège. On estime qu’une dizaine de kilos de stupéfiants faisaient l’objet de transactions chaque semaine.

Sur les huit plantations découvertes, sept d’entre elles étaient toujours en activité (totalisant un peu plus de 4000 plants) et une avait été démontée récemment. La majorité de ces plantations étaient situées en Province de Liège (Ougrée, Bressoux, Verviers, Montegnée, Lierneux) et une se trouvait en Province de Luxembourg, à proximité de Neufchâteau.

Parmi les 15 personnes interpellées, 13 ont été placées sous mandat d’arrêt par la Juge d’Instruction en charge du dossier.

L’opération menée ce jour a mobilisé plus d’une centaine de policiers issus essentiellement de la police judiciaire fédérale de Liège. Depuis le 1er juin 2014, la police judiciaire fédérale de Liège se compose des effectifs de police judiciaire des anciens arrondissements de Liège, Huy, et Verviers. Ces policiers étaient également appuyés par leurs collègues de la nouvelle police judiciaire fédérale de la Province du Luxembourg.

Parmi les objets découverts, les enquêteurs liégeois ont notamment saisi des armes, des stupéfiants, un brouilleur d’onde, de l’argent en petites coupures (plus de 20.000 euros), des compteurs de billets et plusieurs véhicules.

Du côté français, les gendarmes ont arrêté 7 personnes et saisi environ 2 kg de cannabis.

mercredi, 11 juin 2014

Vol à main armée dans la région liégeoise

e mardi 1er octobre 2013 vers 21h00, une société de la région liégeoise a été victime d’un vol à main armée. 

Les auteurs sont arrivés à bord d’un camion de couleur claire muni d’une cabine foncée. Un spoiler blanc est facilement remarquable sur le dessus de la cabine. Il pourrait s’agir d’un véhicule de marque IVECO ou MERCEDES.

Les auteurs se sont immédiatement cachés dans les bâtiments de la société. Pendant ce temps, un agent de sécurité effectuait sa ronde de surveillance. Il effectuait son travail tranquillement sans se douter qu’il était attendu. Arrivé à la hauteur des malfrats, ces derniers lui ont sauté dessus. Ils l’ont maîtrisé, l’ont ligoté, l’ont pris en otage tout en le menaçant d’une arme à feu. Ils ont contraint l’agent à se rendre dans l’entrepôt, puis ils se sont précipités sur les marchandises. Ils ont réalisé plusieurs trajets pour emporter les caisses qu’ils convoitaient jusqu’à leur camion, puis ils ont pris la fuite.

Les auteurs ont emportés un important butin composé d’objets de valeurs ainsi que d’un grand nombre de bijoux. Ces bijoux peuvent être facilement reconnaissables et pourraient faire l’objet d’une revente dans le milieu de la joaillerie.

Si vous avez des informations sur ce fait ou si des bijoux de ce type vous ont été proposés à la vente ou si vous reconnaissez ce véhicule, veuillez prendre contact avec les enquêteurs via le numéro de téléphone gratuit 0800 /30 300

 

Nos rubriques