https://www.google.com/analytics/web/#report/visitors-overview/a64445863w100415224p104305700/

Communiqué de presse

  • communiqué de presse

    En 2019, les sentiers de grande randonnée fêteront ses 60 ans en même temps que les 50 ans de la fédération européenne de la randonnée pédestre.
    Je m’occupe de l’historique de la randonnée pédestre et de son développement Belgique et Europe.

    La naissance des sentiers balisés remontent en 1840 en forêt de Fontainebleau par un soldat de Napoléon.

    Le succès de ces premiers sentiers est liés à la proximité de Paris et ses nombreux dénivelés permettant l’initiation à l’escalade.

    A l’époque, on parlait d’ascensionnistes et excursionnistes.

    La fédération française de la randonnée pédestre fête ses 70 ans avec comme pionnier du réseau GR en 1947 Jean Loiseau qui avait découvert les sentiers ardennais en 1936 et avait rédigé un livre sur les randonnées ardennaises.

    Le développement de la rando en Belgique date de 1910 et l’origine de la rando se trouve en Forêt Noire en Allemagne vers 1864 puis le club vosgien s’est créé après ainsi que la randonnée en Allemagne, Suisse, Italie, empire austro hongrois avant 1914.

    Après la guerre 14-18, la rando repris de service en Allemagne, Hongrie, Tchécoslovaquie, pays nordique, Angleterre, Pays Bas, Belgique.

    Les nombreux clubs alpins créés entre 1860 et 1920 parmi l’arc alpin a développé le tourisme pédestre en plaine et montagne.

    Naissance des refuges, auberges de jeunesse, refuges des amis de la nature, club vosgien vers le début du 20 ème siècle.

    1936 les congés payés, développement du scoutisme, patro, mouvement de jeunesse…incitant à la découverte de la France et autres.

    Jean Loiseau s’est inspiré du scoutisme et a créé la route des randonneurs bien avant les GR.

    La création des parcs nationaux avant 1900 aux Etat Unis étaient suivis de près également comme les randos effectués sur le sentier des Appalaches par des randonneurs français.

    L’histoire de l’alpinisme est également lié à la randonnée pédestre dont la première ascension du Mont Blanc par Jacques Balmat.

    Il y a aussi les écrivains ayant fait une partie de la découverte de la nature, des sentiers ,de la montagne.

    Antoine De Baecque est un historien randonneur ayant fait le GR5 entre le lac Léman et Nice dont le livre parle de l’histoire de la rando alpine, GR en France et autres pionniers, un autre livre sur les écrivains randonneurs et le dernier histoire de la marche.

    Nombreuses interviews en radio dont 8 émissions d’une durée de 30 minutes chacunes.

    France inter plus exactement.

    Il indique que l’histoire de la marche n’intéresse pas les historiens car pas de date commémorative comme l’escalade et l’alpinisme.

    Au sein du club alpin français eu lieu à une certaine époque un fossé entre les alpinistes et excursionnistes …

    Différence d’appréciation de la rando et escalade.

    Les Anglais furent en avance sur les alpinistes européens de l’arc alpin si je comprends bien les quelques infos lues.

    Nous avons la chance d’avoir un randonneur français connu il y a plus de 40 ans ayant fait développer la randonnée pédestre dans le Nord de la France, région Lille…

    Ce pionnier de la rando habite dans le Nord de la France et membre fondateur du club Douai Marche.

    La Ville de Douai est jumelée avec Seraing.

    Cette région n’était pas connue pour ses sentiers, chemins mais pour les terrils.

    Maintenant c’est une région touristiques comme les montangnes Alpes, Pyrénées.

    La revue GR sentiers de Janvier a consacré un article sur l’histoire de la marche.

    Infos sur le site www.grsentiers.org où l’on peut commander la revue de Janvier 2017.

    Le site vous donnera plus d’informations pratiques sur la randonnée pédestre en Belgique, les sentiers de grande randonnée, ses guides de randonnée en boucle, en famille ainsi que les sentiers de grande randonnée.

     

    Jean-Pierre Englebert.

    Club de marche les Vaillants de Seraing.

     

     

  • Communiqué de presse

    REDEVANCE KILOMETRIQUE POUR LES POIDS LOURDS

     

    Evaluation et modification du réseau soumis au péage

    Ce jeudi 23 février, sur proposition du Ministre Maxime PREVOT, le Gouvernement wallon a décidé d’adapter le réseau routier soumis au péage pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes après avoir mené une rigoureuse évaluation.

    1. Rappel

     

    En 2011, les Gouvernements wallon, bruxellois et flamand ont décidé de mettre en œuvre un péage kilométrique pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes en Belgique. Après diverses étapes administratives, le péage a été rendu effectif le 1er avril 2016.

    L’objectif consiste à assurer une équité de traitement dans la participation au financement du réseau routier en percevant des recettes en fonction de l’utilisation effective du réseau et pas uniquement en fonction du lieu d’immatriculation vu que 88% des véhicules circulant sur nos voiries sont immatriculés en dehors de la Wallonie, dont 44% en dehors du pays.

     

    Contrairement à la Flandre et à Bruxelles où le péage se traduit par une taxe versée aux recettes générales, la Wallonie a choisi d’en faire une redevance dont les recettes, par définition, sont entièrement affectées à la SOFICO pour le  réseau (auto)routier. C’est ainsi qu’environ 240 millions € par an, permettent notamment la mise en œuvre du Plan Infrastructures 2016-2019.

     

    1. Modification du réseau soumis à péage

     

    Le réseau concerné par le péage kilométrique pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes en Wallonie a été défini le 11 juin 2015 par le Gouvernement wallon, ce qui correspond à 2.250 km de voiries comprenant le réseau sur lequel était perçue l’Eurovignette, complété par 300 km de routes régionales déterminées pour éviter les reports de trafic sur des routes régionales et y préserver ainsi la mobilité et la sécurité des riverains1. Le Gouvernement wallon s'était également engagé à effectuer une surveillance du réseau afin d'évaluer les éventuels autres reports de trafic significatifs non souhaités sur des sections de route hors prélèvement.

     

    Ce jeudi 23 février 2017, le Ministre Maxime PREVOT, a présenté cette évaluation au Gouvernement wallon.

     

    1. a) Demandes de révision contradictoires

     

    Quelques semaines après la mise en place du péage, plusieurs Bourgmestres et riverains ont adressé des plaintes liées à des suspicions de trafic supplémentaire de camions sur certaines routes et ont demandé l'extension du réseau soumis à la redevance.

     

    Les fédérations de transporteurs et les entreprises se sont également manifestées mais, a contrario, pour réduire le réseau soumis à péage.

     

    Il a donc fallu objectiver les requêtes et établir un équilibre entre d'une part, la protection et l'assurance de la sécurité routière ainsi que la tranquillité des riverains et d'autre part, le fait de ne pas porter atteinte à l'économie locale.

     

    1. b) Méthodologie d'évaluation

     

    L'évaluation s’est basée sur une source de données existantes et continues avant et après l'introduction du péage kilométrique des poids lourds pour étudier des données comparables, soit entre le 1er décembre 2015 et le 1er décembre 2016.

     

    Après analyse des possibilités, le choix s'est porté sur l'étude des déplacements des cartes SIM présentes dans les tachygraphes électroniques des camions. Un marché public a été passé en ce sens avec l'opérateur de téléphonie mobile Orange SA pour les données de bases et la SPRL Cropland pour leur traitement.

     

    Les cartes SIM des tachygraphes n’étant pas identifiables en tant que tel, l'opérateur téléphonique a donc dû identifier les déplacements des camions parmi les autres véhicules, les données des GSM personnels de tout un chacun, les terminaux de paiement portables, … Le traitement des données a par conséquent nécessité le développement et le calibrage d’outils spécifiques avec des algorithmes très puissants. Au total, pour les zones examinées et les 365 jours de la période d'étude, ce sont plus de 1.000 milliards de données qui ont été analysées.

     

    1. c) Constats

     

    Le trafic des poids lourds évolue au cours de l'année selon les saisons et il est rythmé selon les fêtes, les jours fériés et les vacances. Le trafic des camions varie donc fortement d'un jour à l'autre et d'une période à l'autre. A titre indicatif, le trafic des camions est 5 fois plus faible le samedi qu'un jour de semaine et même 10 fois moindre le dimanche ou un jour férié. Les activités saisonnières de certaines entreprises ou certains secteurs d'activités (agriculture, …) font également varier le trafic de camions sur certaines routes ou parties du territoire.

     

    On constate donc que l'introduction du péage kilométrique n'est qu'un élément parmi de nombreux autres faisant varier significativement le trafic de camions en un lieu.

     

    Une autre source de données, les déplacements anonymisés provenant des OBU (On Board Unit – équipement obligatoire pour la facturation du péage kilométrique), permet d’apprendre qu’un peu moins de 20 % du trafic total de camions circulent sur ce réseau non payant de notre territoire, en comparaison à une estimation de 25% faite préalablement à l’introduction du péage. Le trafic réel des camions sur le réseau non payant est donc moindre qu'initialement estimé.

     

    Globalement, on ne peut donc pas constater un report massif de trafic de poids lourds du réseau soumis à péage vers les voiries secondaires ou non payantes.

     

    Comme cela apparait dans la liste des vingt sites étudiés (en annexe), des augmentations sur des routes déjà payantes ont été constatées (exemple : la N83 reliant Arlon à Bouillon), des diminutions (exemple : la N529 à hauteur de Frasnes-les-Anvaing, ou encore des statu quo (exemple : la N53 à Beaumont). L'introduction du péage kilométrique apparaît donc comme un élément moins important que d'autres facteurs faisant varier le trafic de camions.

     

    Après l’analyse de l'ensemble des données, le Gouvernement wallon a donc décidé d'adapter le réseau wallon soumis au péage kilométrique des camions en ajoutant uniquement les deux sites où la redevance peut réellement avoir eu un impact sur le report du trafic :

    Ø  la section de la N243 (Chaumont-Gistoux) entre la N25 et la N29, ce qui représente 13 km ;

    Ø la section de la N29 entre l’E411 (Perwez) et la Flandre au nord de Jodoigne, ce qui représente 20 km.

     

    Au total, sur ces 33 km de routes, une augmentation du trafic de poids lourds de l'ordre de 1 à 3,5 % a été constatée représentant une proportion plus élevée du trafic de transit. Cette adaptation sera effective pour juillet 2017 vu les adaptions techniques et administratives nécessaires.

     

    III.      Poursuite de l’évaluation

     

    Par ailleurs, le Gouvernement wallon a décidé de poursuivre l’évaluation du réseau en continu en vue d'adapter, si nécessaire, le réseau selon les éventuelles évolutions sur le terrain.

     

    Cela sera notamment le cas pour trois zones particulièrement sensibles : Pepinster et Theux, l'agglomération de Liège et la zone entre Lessines, Enghien et Soignies. Actuellement, élargir le réseau, dans ces cas précis, pourrait s'avérer être « une fausse bonne idée ».

     

    1. a) Pepinster et Theux

     

    Une concertation sera menée avec les autorités locales afin d'effectuer un suivi et une analyse plus approfondie de la situation.

     

    Sur une année, une augmentation moyenne du trafic de poids lourds de 5,5 % a été enregistrée sur les nationales N62 Theux-Louveigné et N666 Pepinster – Louveigné. Or, cet accroissement du trafic est à comparer à une augmentation générale sur l’ensemble de la région puisque même sur les portions d’autoroutes avoisinantes, la E25 et la E42, le trafic de camions a progressé de plus de 15 %. L'introduction du péage kilométrique ne constitue donc pas un facteur d’accroissement du trafic selon l’analyse des données. L'élargissement du réseau soumis à péage pourrait créer un « appel d'air » ou conduire à reporter du trafic sur des voiries encore moins adaptées à la circulation de poids lourds et affecter la vie économique locale.

     

    Une collaboration avec les services de Police visera également à réaliser davantage de contrôles dans les environs et notamment à faire respecter l'interdiction de circulation des poids lourds de plus de 10 tonnes au centre de Theux.

     

    Pour rappel, le Conseil communal de Theux a même décidé, il y a quinze jours, de rejeter une motion demandant d'intégrer la route entre Laboru et le centre Theux au réseau soumis à péage en raison de données contradictoires au ressenti local et afin de ne pas pénaliser l’économie locale.

     b) Agglomération de Liège

    Comme pour Pepinster et Theux, le trafic de poids lourds sur les quais de la dérivation n'a pas évolué puisqu’il est estimé à -0.1 %. Toutefois, les autorités locales et les services de Police seront également concertés pour d’une part réaliser davantage de contrôles vu l'interdiction d'accès aux camions de plus de 7,5 tonnes à l'exception de la circulation locale et d’autre part pour envisager des mesures complémentaires.

     

    1. c) La zone entre Lessines, Enghien et Soignies

     

    Suite à des restrictions de circulation de poids lourds de plus de 15 tonnes sur la N57 Ghislenghien – Soignies nécessaires face aux dégradations de la chaussée et aux travaux en cours, le trafic a été dévié et a donc perturbé la circulation aux alentours. Cette redistribution du trafic local n'est par conséquent aucunement liée au péage kilométrique.

     

    Par ailleurs, le trafic des camions est tout-à-fait particulier dans cette zone vu la présence de plusieurs carrières dans les environs immédiats. Leurs produits bruts ayant une faible valeur marchande, l'impact du péage kilométrique serait par conséquent très élevé en rapport à la marchandise transportée.

     

    Vu l'origine de la redistribution de la circulation des camions, la nature du trafic et l'impact sur une activité locale, il a donc été décidé qu’il n'est pas opportun d'y étendre localement le réseau soumis à péage. Cette situation particulière sera cependant suivie très attentivement.

     

    ***

     

    Pour le Ministre Maxime PREVOT, les modifications apportées au réseau à péage pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes permettront de renforcer la sécurité routière tout en ne contraignant pas l'activité locale. Le Ministre a également demandé à ses services de continuer à suivre l'évolution dans les vingt zones précitées ainsi que dans tous les autres endroits où de nouvelles plaintes pour variations importantes de trafic le nécessiteraient.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1 Wallonie : 27 % du réseau (auto)routier régional est soumis au péage (2250 km / 8 450 km)

    Flandre : 32 % du réseau (auto)routier régional est soumis au péage (2224 km / 6 923 km)

    Bruxelles : 100 % du réseau (auto)routier régional est soumis au péage

     

     

     

     

    Contact Presse :

    Audrey JACQUIEZ – Porte-parole du Ministre Maxime PREVOT – 0497/161.861

  • Communiqué de presse

    NOËL DES CATHEDRALES

    Des émotions au cœur du patrimoine wallon

    Ce vendredi, Maxime PREVOT, Ministre wallon du Patrimoine, René COLLIN, Ministre wallon du Tourisme, etLuc PETIT, Directeur artistique des Nocturnales, ont présenté le nouveau spectacle « Noël des Cathédrales », événement féérique qui se déroulera, pendant les fêtes de fin d’année, au sein de 4 hauts lieux du patrimoine wallon.

    Créé à Liège en 2007 pour les « Noélies de la Cathédrale », ce spectacle fait revivre la tradition de Noël au travers de récits fondateurs revisités. Après plusieurs éditions au sein de la cathédrale Saint-Paul de Liège, ce spectacle a également été produit, en 2015, à Namur, au sein de la cathédrale Saint-Aubain, et à Mons, en la collégiale Sainte-Waudru. Cette année, une étape supplémentaire a pu être ajoutée à la tournée : l’église Saint-Pierre de Bastogne accueillera ainsi pour la première fois ce spectacle haut en couleurs. Pour cette édition, ce sera l’histoire d’« Anoki », un ours polaire venu tout droit de ses icebergs, qui sera contée lors de 48 représentations proposées dans ces 4 édifices classés « Patrimoine exceptionnel de Wallonie » :

    -      Bastogne - Eglise Saint-Pierre : du 15 au 18 décembre 2016

    -      Liège - Cathédrale Saint-Paul : du 20 au 23 décembre 2016

    -      Mons - Collégiale Sainte-Waudru : du 27 au 30 décembre 2016

    -      Namur - Cathédrale Saint-Aubain : du 5 au 8 janvier 2017

    L’événement « Noël des Cathédrales » est soutenu par la Wallonie grâce à un subside de 80.000 € dégagé par les Ministres Maxime PREVOT et René COLLIN dans le cadre des politiques qu’ils mènent respectivement en matière de Patrimoine et de Tourisme.

    Maxime PREVOT, Ministre wallon du Patrimoine, se réjouit d’accueillir ce spectacle de qualité au sein de 4 monuments majeurs du Patrimoine wallon : « Ces spectacles sont une belle occasion pour découvrir, au travers d’une expérience sensorielle totale, de hauts lieux du Patrimoine classé. Cette tournée vient ainsi clôturer de fort belle façon l’Année du patrimoine consacrée au patrimoine religieux et philosophique. ».

    René COLLIN, Ministre wallon du Tourisme, accorde une importance particulière aux différents événements organisés partout en Wallonie. Ils contribuent, en effet, à renforcer l’attractivité touristique de notre destination et favorisent ainsi les retombées économiques pour le secteur du tourisme et de l’horeca. L’évènement « Noël des Cathédrales » proposé durant les vacances d’hiver et les fêtes de fin d’année en est une belle illustration.

    Retrouvez toutes les informations pratiques (horaires, tarifs, accessibilité…) sur le spectacle « Noël des Cathédrales » sur www.nocturnales.be.

  • Communiqué de presse

    Afficher l'image d'origine

    Le club de marche les Vaillants de Seraing vous informe qu’il organisera encore sa marche d’après-midi de fin novembre chaque année.

    Seul la marche de l’amitié se déroulant fin avril est supprimée.

    Nos amis marcheurs les Roubaleus continue à organiser une marche d’après-midi en mars et marche de la camaraderie en Juillet de chaque année.

     

    Notre club les Vaillants continuera à participer à toutes les marches fédérales principalement en province de Liège et l’organisation d’activités réservées à nos membres comme le souper, …

     

    La prochaine marche d’après-midi aura lieu le samedi 26 novembre.

    Découverte pédestre de la splendide forêt sérésienne sur les distances de 5 10 et 15 km.

     

    Départ libre entre 12 et 17 heures à l’Ecole Sainte Thérèse, rue Fontaine 244 à Seraing.

     

    Inscription : 0,75 euros par personne.

     

    Notre site www.les-vaillants.com vous donnera plus d’informations pratiques sur nos activités sportives et touristiques.

     

    L’agenda et le calendrier des marches 2017 sera en vente à notre marche.

     

    L’affiliation pour 2017 est de 5 euros par personne comprenant l’assurance aux marches.

     

    Infos sur le club de marche les Vaillants : tél 043369533 ou info@les-vaillants.com.

     

    Christian Lamberty, rue du Désert 109 à 4100 Seraing.

     

    Club de marche membre de la fédération francophone belge de marches populaires.

     

    Sites : www.ffbmp.be; www.cp-liege.be; www.grsentiers.org.

     

    Nous vous souhaitons une belle randonnée pédestre à Seraing, le 26/11/2016.

     

    Les Vaillants de Seraing.

  • Emission radio sur la randonnée pédestre

     

    Jean-Pierre Englebert     Club  "Les vaillants-Seraing"

     

     

    Ce lundi 18 juillet 2016, je participerai à l’émission radio « L’été du bon côté ».

     

    Elle sera consacré à la randonnée pédestre au sens large du terme.

    De la simple balade en Belgique au trekking en montagne.

     

    Radio Vivacité sur 90,5 Hz en province de Liège.

     

    De 13 à 15 heures avec la participation des auditeurs.

     

    www.vivacite.be.

     

    Puis rubrique l’Eté du bon côté.

     

    Les informations pratiques seront disponibles dans le courant de cette semaine.

     

    Serait-il possible d’envoyer vos commentaires, vos expériences de randonnées pédestres à l’émission radio via la page consacrée à l’émission ?

     

    Je vous remercie d’avance pour l’aimable collaboration.

     

    Vous pouvez me contacter sur ce sujet par mail fb256406@skynet.be ou gsm 0486860373