https://www.google.com/analytics/web/#report/visitors-overview/a64445863w100415224p104305700/

Forces vives - Forces tranquilles - Page 2

  • Quelques liens vers les blogs voisins de Sudpresse

     

    Cliquez sur le lien à découvrir

     

  • Lara Binet, Miss Province de Liège 2010

    Lara,  habite aujourd’hui à Neupré.

    lara-dan3692

    Lara Binet, Miss Province de Liège 2010 et ancienne candidate à Miss Belgique 2011.

    voir aussi

    http://www.neupre.be/lara-binet-miss-province-de-liege-2010/

  • La frite qui chante

    Depuis 4 ans, Anne-Marie et Alain Bougard font chanter les frites à Neupré. À bord de leur « friteMobile », ils sillonnent les cœurs de nos villages pour satisfaire, avec succès, aux exigences des gourmands et des amateurs du produit national à section carrée, jaune et diversement saucé : la frite.

    La « frite d’Alain » est fabriquée à partir de la bintje, célèbre tubercule ovale-arrondi qualifié par les producteurs de « Rijkmaker » (qui rend riche) tant sa rentabilité agricole est élevée. Epluchée et coupée par nos « chefs-frites » neupréens, la bintje se transforme en bâtonnets de 13 mm de côté. 13 mm, l’épaisseur idéale qui donnera, après friture, un délice croquant à l’extérieur, moelleux à l’intérieur et … peu chargé de graisse.

    Vient le temps de la cuisson et du concert, oui, vous lisez bien : du concert. Les frites regardent nos « chefs-frites » en réclamant un « Alors on danse » ? À peine plongées de leur bain doré, les frites entament un chant joyeux et pétillant. Si certains y perçoivent les premières mesures de la Brabançonne, d’autres entendent clairement l’hymne à la Joie de Beethoven. C’est tout naturellement pour rendre hommage à ce concert fritesque, qu’Anne-Marie et Alain on appelé leur « friteMobile » La frite qui chante. Sorties de leur bain de jouvence, nos stars chantantes sont parsemées de diamants salés et, en fonction des désirs du gourmand, saucées avec délicatesse.

    (Morceau d'éloquence de notre service "communication")

  • Force vive-force tranquille

    logo

     

    Qu'est ce que l'ASBL Ballon d'Oxygène ?

    Une équipe de professionnels est là pour vous accompagner dans la prise en charge de vos proches en s'adaptant au mieux à leur âge et à leur handicap

    L'ASBL Ballon d'Oxygène propose plusieurs types de "répit" en fonction de votre demande :

    • accompagnement à domicile pour un répit régulier
    • accompagnement à domicile d'urgence 7/7j et 24/24h
    • mise en place d'activités sportives et créatives adaptées
    • accompagnement durant vos déplacements à l'étranger ou lors de toute activité particulière au cours de laquelle la personne handicapée a besoin de soutien (sport, séjour à l'hôpital ...).

    Quels sont les objectifs ?

    L' objectif premier est de travailler en collaboration avec les familles en respectant autant que possible leur fonctionnement, leurs indications et leurs objectifs.

    Vous offrir un service adapté à des handicaps particuliers tels que l'autisme nous nous rendons compte que de telles prestations manquent cruellement dans notre province.

    Ce  service répit s'adresse à toute personne présentant une difficulté ou un handicap ne lui permettant pas d'être prise en charge par des services non professionnels.

    pour consulter le dépliant de l'ASBL. <Cliquez

  • Interview d'un syndicaliste

    Aujourd'hui j'ai publié l'interview d'un syndicaliste, car  notre commune foisonne de pas mal de forces vives et de personnes de qualité.

    elec 031.JPGFrançis Wégimont

    59 ans, Chef de division administratif à l'Administration Communale de Seraing. Permanent détaché à la CGSP.

    34 rue des Moges, 4120 Rotheux-Rimière

    L'oeil pétillant, l'homme ne manque pas d'humour, Il m'exhibe, notre quotidien LA MEUSE avec le titre "Affluence à Wégimont". Il s'agit bien sûr du domaine provincial de Wégimont.

     

    Jean  Hakin: Françis Wégimont, Vous êtes un vieux syndicaliste ?

    FW: D'abord, je ne suis pas un vieux syndicaliste mais un syndicaliste de longue date.

    Délégue syndical de terrain au sein de l'administration communale de Seraing fin des années 70, je suis devenu Secrétaire wallon et fédéral du secteur des Administrations locales et régionales de la CGSP (devenu depuis lors le secteur ADMI suite à sa fusion avec le secteur Parastataux) le 1er septembre 1990.

    JH; Avez-vous traité des dossiers importants ?

    FW: Dans le cadre de ce dernier mandat susmentionné, j'ai négocié, sur un plan wallon, ce qu'on a appelé la Révision Générale des Barêmes mais qui, en fait, était une nouvelle conception des principes généraux de la fonction publique locale et régionale wallonne. En effet, il existait auparavant des milliers de barêmes différents à travers la Wallonie et des statuts divers, ce qui faisait que certains agents de certains pouvoirs locaux gagnaient de 15 à 20 % de moins que leurs collègues des communes voisines. Quel que soit leur pouvoir organisateur de la Région wallonne, tous les agents avaient le droit au barême le meilleur dans sa catégorie (et revalorisé) et cela permis une évolution de barêmes sans nécessairement devoir changer de grade, par une évolution d'échelles qui existait uniquement pour deux catégories de personnel (les paramédicaux et les techniciens) et qui a été généralisée pour tous, en fonction soit d'examens, soit de formations, soit d'anciennetés, et parfois un mix des trois conditions. Ce fut un énorme dossier qui a duré plus de deux ans mais cela en valait la peine car cela a concerné des milliers d'affiliés.
    Au niveau fédéral, j'ai négocié au Ministère des de la Santé publique et des Affaires sociales le subventionnement des hôpitaux, ainsi que des Maisons de repos et des Maisons de repos et de soins.
    Par ailleurs, j'ai eu la chance de participer aux négociations sur le départ anticipé à la retraite des sapeurs-pompiers, métier pénible qui exigeait une fin de carrière améliorée et allégée.
    Enfin, dans ces négociations fédérales, j'ai participé aux négociations sur la réforme des services de police, dossier énorme et ardu qui a demandé des trésors d'ingéniosité afin que chacun puisse se reconnaître dans les résultats, tout en sachant qu'il est demeuré des mécontents. Je peux affirmer que c'est la CGSP qui a "pondu" les nouveaux barêmes (revalorisés) de la police intégrée structurée à deux niveaux.
    jH; Avez-vous des souvenirs forts?
    FW; Au sein de la CGSP, j'assurais la fonction de Secrétaire-Trésorier de la Société Coopérative de la "Maison des Huit heures", société juridique de la CGSP qui est propriétaire de tous les bâtiments de la CGSP en Belgique, puisque les organisations syndicales n'ont pas de personnalité juridique et ne peuvent être propriétaire de biens immobiliers. J'assurais aussi la fonction de Secrétaire de l'ASBL MAISON SYNCALE, chargée d'obtenir les subsides auprès des services du Premier ministre en matière de formation syndicale pour la CGSP fédérale.
     Bien évidemment, je siégeais dans les instances wallonnes et fédérales de la FGTB et je participais et relayais toutes les actions de notre fédération.
    JH: Votre fonction est-elle compatible avec la vie privée ?
    FW: Dans ces fonctions, il était parfois (souvent) nécessaire de faire abstraction de la vie privée, même si cela pesait par moment. Ma fille ne me l'a jamais reproché car elle est tout autant convaincue de l'indispensabilité du fait syndical mais je crois que, par moments, elle a dû regretter mes nombreuses absences.
    JH: Avez-vous confiance en l'avenir financier et institutionnel?
    FW:En ce qui concerne l'avenir financier et institutionnel, je reste par nature confiant où alors cela ne sert à rien de se battre. Mais je pense que le combat risque d'être encore fort intense et que, plus que jamais, il faut secouer nos représentants politiques et l'opinion publique. Alors que la situation est difficile, les gens donnent l'impression de critiquer aisément mais de ne jamais se mobiliser pour prendre leur propre sort en mains.
    JH: Quelles sont les personnaités les plus marquantes que vous avez rencontré ?
    FW:  J'ai eu la chance de rencontrer diverses personnes politiques, syndicalistes, fonctionnaires, conseillers, etc, forts intéressants et emplis d'humanité (contrairement à ce que l'on pourrait croire) et de divers régions et formations. Certains sont devenus de réels amis. Quelques uns ont été pitoyables, assurés de leur supériorité intellectuelle parce qu'ils avaient un "gros diplôme", alors qu'ils ne savaient même pas ce qu'était la vie puisqu'ils venaient à peine de naître et qu'ils devaient encore tout apprendre de la pratique. Mais ces derniers, on les oublie vite et je pense qu'ils ont dû s'en rendre compte assez rapidement !
    JH; Etes-vous un syndicaliste heureux ?
    FW:Je suis heureux d'avoir vécu tous ces moments, même si cela n'a pas toujours été facile. Heureusement, les troupes ont toujours été derrière nous pour nous conseiller, aider et appuyer ce fabuleux mouvement de solidarité qu'est l'organisation syndicale. Mais je suis heureux aussi d'avoir terminé cette carrière professionnelle et syndicale, après 42 années de services.
    JH; Merci Françis wégimont.