https://www.google.com/analytics/web/#report/visitors-overview/a64445863w100415224p104305700/

Historique rando

Afficher l'image d'origine

J'ai feuilleté quelques milliers de pages du périodique de Touring Club de Belgique. Les années 1935 à 1942. Je n'avais plus le temps de vérifier la période plus tard.
En 1935 Maurice Cosyn a présnté son grand plan de ce qu'il apelle 'des sentiers touristiques' au Ministère Belge de Transport. Le plan était accepté et adopté par le Touring Club. De 1936 à 1939 le TCB a investi environ 500.000 FB dans le projet Cosyn, soit environ 150.000 FB par an.

Le partenaire préféré pour l'exécution du réseau de sentiers était TCB . Bien avant 1936 la coopération entre la famille Cosyn et TCB était déjà très fort mais les Cosyn ont toujours gardé une certaine indépendance. Leurs guides de tourisme étaient publié sous le patronage de TCB ou sous le patronage du CGT mais ce n'étaient pas des guides de TCB même. Cosyn était en 1936 conseiller général chez Touring Club et il conduit maintenant un département nouveau chez TCB consacré aux 'sentiers touristiques'. Fin 1938 il était nominé administrateur de TCB.


Avant 1936 Cosyn était déjà en train de développer des sentiers. En 1934 -1935 il est surtout actif dans le sud du Pays. Le SI d'Arlon est le premier de cooperer avec lui mais en principe c'étaient des initiatives privés de Cosyn même. C'est donc dans la région d'Arlon – Martelange et dans la vallée de la Semois (Florenville, Herbeumont, Bouillon) qu'il a des bons contacts. Le Sentier du Forêt d'Anlier (tracé actuellement suivi par le GR 151) et le Sentier du Pont d'Oie étaient déjà inauguré en 1935, ainsi que le Sentier de la Semois entre Florenville et Bouillon (55 km).

 

Ce n'étaient pas les premiers sentiers balisés en Belgique. Dans un petit article dans la periodique de TCB on écrit que c'est un groupement Liègeois, le 'Vieux Liège' qui balise les premiers 'chemins de touristes' (subsidié par TCB). C'était avant 1914 dans le Pays de Liège, il s'agit d'un réseau d'itinéraires jusque dans l'Hertogenwald. Ce travail n'était pas poursuivi, à la veille de la 2ième guerre mondiale le balisage était déjà presque disparu, seul 'quelques traces sont restées visibles'.

Le plan Cosyn était surtout orienté vers les Ardennes et ce qu'on apelle 'La Nouvelle Belgique' (Les Cantons de l'Est). Il y a deux catégories de sentiers qu'il veut réaliser: des tracés qui suivent les vallées principales (au bord de la rivière et sur hauteur) et les autres pour faire connaitre les hauts plateaux, forêts et fagnes. Comme c'était à l'ordre de la Ministère de Transport, représentant une Belgique unitaire et du TCB, organisme patriotique, on devait aussi faire quelque chose pour la Flandre. A l'occasion de l'acceptation du plan Cosyn, le TCB annonce qu'ils veulent créer 'des pistes cyclables' en Flandre, un crédit égale est prevu. D'ailleurs: l'idée que la Flandre est plutôt adapté à la rando en bicyclette est repris dans les années 60 – 70 par les asbl CNSGR et après par l'asbl Grote Routepaden; le GR 5 en Flandre était d'abord une route pour cyclistes. C'est une organisation de Rotary qui a poussé le développement d'un premier sentier de randonnée à pied en Flandre (le GR 561). Déjà en cours de 1936 le TCB semble changer d'idée: en Flandre pas uniquement de pistes pour les cyclistes mais aussi des sentiers de randonnée. Pourquoi? En Flandre le 'Vlaamsche Toeristenbond' (VTB) a commencé en 1935 avec des sentiers touristiques, signalé et avec des descriptifs. Le TCB devait suivre. Le TCB n'a jamais gagné une grande popularité en Flandre parce que l'organisation était consideré comme une organisation de la bourgeoisie (qui utilise le français en Flandre). La périodique de TCB était longtemps publié en français uniquement bien que l'organisation avait une profile patriotique. Ce n'était donc pas vraiment une surprise que le VTB avait gagné plus que 100.000 membres 10 ans après la fondation.

Le plan Cosyn évolue à une vitesse remarquable et ça dans une epoque sans email et voies de communications et de transport plus difficiles qu'aujourd'hui! Incroyable tout ce qu'il réalise en 1936 uniquement si on sait que ça dure 3 à 5 ans dans la 21ième siècle entre l'idée de réaliser un sentier et la finalisation. Voilà:

1936:

Sentier Bouillon – Sedan

Etude futur Sentier de la Meuse

Finalisation balisage Sentier de la Forêt de St Hubert (La Roche – St-Hubert – Libramont)

Etude pour Le Sentier des Ardennes (base pour le GR 5 en 1959), contact avec l'ANWB (= Touring Club des Pays Bas). Liège – Verviers – Eupen – Ouren – Vianden – Diekirch

Sentier des Comtes de Chiny

Sentier de l'Eau Blanche (Momignies – Nismes), inauguré 5 juillet

Travaux couteuses sur le Sentier de la Semois

Sentier de l'Ourthe: inauguration première partie, entre Angleur et Tilff, 15 aout

Cosyn secretaire d'une commission Belgo-Néerlandaise-Luxembourgeoise, promotion Tourisme avec un premier résultat: la création du Sentier International Bois-le-Duc – Maastricht – Liège – Eupen – Vianden – Diekirch – Luxembourg. On veut inaugurer ce sentier au printemps 1937 mais ça sera retardé jusque1939 à la veille de la deuxième guerre mondial. La Reine Wilhelmina donne à Maurice Cosyn le titre d'officier de l'ordre Orange-Nassau à l'occasion de l'inauguration en septembre 1939. Ce sentier reprend pour la partie belge Le Sentier des Ardennes et sera le fondament pour le GR 5 en 1959.

Extension Sentier de la Semois jusque Bohan-s/Semois, inauguration 5 septembre

Etude Sentier de l'Eau Noire

Sentier de la Meuse: inauguration première partie, entre Namur et Wépion,26 septembre

Les premiers plans pour sentiers en Flandre: un Sentier de la Mer e d'autres.

 

Voilà, et tout ça en 1936! Le TCB commence aussi avec l'aménagement des belvédères le long des sentiers, certains extistent encore aujourd'hui. Maurice Cosyn continue aussi son travail au GD de Luxembourg en 1936. Inauguration Sentier de la Moselle, Sentier des 7 Châteaux, Sentier de la Haute Sûre, etc...

Autre chose en 1936: Jean Loiseau (à l'origine des sentiers GR en France en 1947) est en route sur les sentiers Belges et Luxembourgeoises de Maurice Cosyn. Il est enthousiaste et admire le travail de Cosyn, son choix de sentiers etc... Jean Loiseau et ses compagnons ont parcourus plus que 400 kilomètres en il va publier un livre sur les sentiers Belgo-Lux en 1938. Cette expérience va mener au projet GR en France.

 

En 1937 tout ça continue, même vitesse...: Inauguration officielle Sentier Bouillon – Sedan, les travaux pour le Sentier des Ardennes et le Sentier International continuent, Sentier des Sources (Barvaux – Spa), Sentier de l'Ourthe prolongé jusque Comblain-au-Pont (inauguré 27 mai), Sentier de la Meuse, Sentier de la Houille, Sentier Bruxelles – Tournai,....

Idem en 1938 avec l'ouverture d'une première tronçon du Sentier des Flandres au Lac d'Overmere Donk. Le TCB introduit une 'carte de randonneur'. Midi 1938 le TCB a plus que 1000 km de sentiers balisés.

En 1939 le TCB commence avec les 'cyclosentiers', surtout en Flandre et dans la région d'Arlon. Inauguration de la Sentier de la Mer et du Sentier International 's Hertogenbosch – Liège – Luxembourg. Fin 1939 ça s'arrête, des inaugurations sont annulés, grandes difficultes et une période lourd s'annonce avec la mobilisation. En 1940 il n'est pas évident d'aller à l'étranger pour des raisons touristiques, les sentiers de Maurice Cosyn étaient aussi populaire chez les hollandais et ils ne viennent plus à partir de 1940 mais les voyageurs belges découvrent les sentiers belges. Maurice Cosyn organise ce qu'il appelle 'des croisières pédestres' vers les sentiers touristiques.

Peu de photo intéressants dans la périodique du TCB, les textes de Cosyn sont presque toujours avec des croquis des sentiers. J'ai trouvé des photos des présidents de TCB pendant la période que Cosyn a développé son plan mais peu d'autres photos qui sont intéressants.

Les commentaires sont fermés.